Témoignages

Témoignage de Bérénice Morizeau, coordinatrice du Yawenta Children’s Center en Éthiopie

  • Bérénice Morizeau

    Coordinatrice du Yawenta Children's Center

Lors de sa mission en Éthiopie en février 2019, l’équipe artistique de Clowns Sans Frontières s’est rendue au Yawenta Children’s Center à Shashamane, un centre d’accueil de jour pour enfants séropositifs et/ou orphelins dont la situation familiale, sociale, économique et sanitaire les rend particulièrement vulnérables. Clowns Sans Frontières y a présenté son spectacle créé par les artistes français, égyptiens et éthiopiens mobilisés lors de la mission afin d’offrir aux enfants un moment de répit et de partage artistique. Bérénice Morizeau, coordinatrice du centre, revient sur le spectacle et son impact social sur le développement de l’enfant.

Vous devez accepter les cookies pour afficher les vidéos.

Clowns Sans Frontières © Christophe Bras - Éthiopie 2019

Pouvez-vous nous parler des réactions des enfants du centre lors du spectacle de Clowns Sans Frontières et de l’impact qu’il a pu avoir sur eux ?

Les enfants comme l’équipe ont passé un excellent moment lors du spectacle des artistes de Clowns Sans Frontières. Après leur départ, les enfants ont essayé de rejouer le rythme et les gestes du spectacle et d’imiter les acrobates.

La musique était super, les enseignants étaient d’ailleurs impressionnés d’entendre des musiques du registre éthiopien. C’est excellent pour l’attention des enfants car certains de nos élèves qui ont habituellement des problèmes de concentration étaient très concentrés sur le spectacle.

Clowns Sans Frontières © Christophe Bras - Éthiopie 2019

Selon vous, de quelle manière l’intervention de Clowns Sans Frontières peut-elle avoir un impact social sur le développement des enfants du centre Yawenta et plus généralement, sur celui des enfants vulnérables en Éthiopie ?

Le spectacle vivant est très rare en Éthiopie et il est en général réservé à une élite. L’occasion qui est ici donnée aux enfants de voir un spectacle a en elle-même quelque chose de magique. Je pense que la catharsis a fait son jeu en les aidant à complètement oublier leurs problèmes quotidiens pour un moment. C’est aussi une ouverture culturelle essentielle pour des enfants qui ont des horizons plutôt limités du fait de leurs backgrounds et qui, s’ils n’y arriveront pas tous à l’école, gagnent ici une chance de s’ouvrir sur l’art et à tous ses possibles. Pour les adultes qui travaillent au centre, c’est aussi une leçon car l’adulte en Éthiopie se confronte rarement à l’auto-dérision, et ne s’offre pas la chance du ridicule. De la même manière, l’interaction adulte-enfant n’existe que rarement dans le divertissement, c’est plutôt limité à l’autorité. L’arrivée du clown, qui combine le ridicule au poétique, leur permet d’observer une autre posture qui peut vraiment les inspirer.

Nous en redemandons tous ! J’espère vraiment que CSF aura l’occasion de repasser par Yawenta !

Retrouvez les photos de la mission en Éthiopie 2019

Ouvrir le diaporama >>