FRANCE (Nord-Pas-de-Calais)

Auprès des enfants migrants

Nord-Pas-de-Calais 2015 © Gilles Porte

CONTEXTE

En 2011, Clowns Sans Frontières a été contacté par l’antenne locale de Médecins du Monde Nord-Pas-de-Calais pour intervenir auprès des migrants présents dans les « jungles » autour de Calais et Dunkerque. Partant du constat que les conditions de vie des personnes dans l’attente de passer en Angleterre sont comparables à celles des réfugiés ailleurs dans le monde, Clowns Sans Frontières a pris la décision d’aller à la rencontre de ces populations en transit, en particulier des mineurs qui sont de plus en plus nombreux depuis 2015.

CSF a adapté son intervention sous deux formes spécifiques à ce projet, avec le soutien logistique des associations locales et d’établissements culturels de la région : des « lâchés de clowns » basés sur l’improvisation mais aussi des temps forts d’une semaine consistant à créer un véritable spectacle.

DIAGNOSTIC

Malgré la fermeture du camp de Sangatte en novembre 2002, de nombreuses personnes fuyant l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie mais aussi l’Erythrée, l’Ethiopie, la Somalie, le Soudan ou encore le Vietnam ont continué d’affluer dans le Nord-Pas-de-Calais dans l’espoir de trouver un avenir meilleur en Angleterre. Leur nombre a connu une explosion en 2015 avec l’intensification des conflits du Proche-Orient, amenant des milliers de personnes à fuir vers l’Europe. La préfecture du Pas-de-Calais estimait à 400 le nombre de migrants en avril 2014 à Calais seul ; ils étaient 3 000 en juin 2015 et jusqu’à 6 000 en novembre 2015. Parmi eux, l’association France Terre d’Asile a recensé dans la jungle calaisienne pas moins de 326 mineurs non accompagnés en février 2016, dont la plupart ont entre 13 et 18 ans et les plus jeunes à peine 10 ans. Leur nombre continue de se multiplier et de s’étendre à d’autres sites du Nord-Pas-de-Calais où vivent les migrants.

 

NPDC

OBJECTIF : - Apporter un soutien moral par le spectacle aux enfants migrants séjournant dans les jungles du Nord-Pas-de-Calais, en particulier sur les sites où peu d’associations sont présentes.
- Accompagner et renforcer la visibilité, par une présence artistique, du travail des associations intervenant au quotidien auprès des migrants.

LIEUX : Centre Jules Ferry pour enfants à Calais, Norrent-Fonte, Steenvorde, Tatinghem, Teteghem, Angres

PARTENAIRES : Médecins du Monde, Emmaüs, Terre d’Errance, La Cimade, Salaam, L’auberge des migrants, Solidarité Laïque, Centre la vie active, Secours Catholique, le Théâtre de la Licorne à Dunkerque, le Channel à Calais

ACTIONS MENÉES DEPUIS 2011 : 59 spectacles réalisés / 2 100 migrants touchés / 79 artistes impliqués

ACTIONS PRÉVUES EN 2016 : 4 journées « One Day » / 2 missions longues en juin et en décembre / 50 artistes français impliqués dans le projet en provenance de Lille, Paris, Nantes et Marseille

 

Découvrez la vidéo réalisée le 29 novembre 2015 lors de l’intervention de la FanFare Fans FronFières dans le camp de Grande Synthe

 

Les missions en photos

Nord-Pas-de-Calais 2015 © Gilles Porte FRANCE, 2016
Auprès des enfants migrants dans le Nord-Pas-De-Calais
Nord Pas de Calais 2014 © Rémi David FRANCE, avril à novembre 2015
Apporter un soutien psycho-social aux migrants dans le Nord-Pas-De-Calais

Témoignage

« A Tatinghem, ça n’est jamais évident.Le camp se situe dans un fossé, le long d’un chemin de campagne bordé de champs cultivés… il y a souvent peu de personnes et généralement quand on arrive on trouve des visages froncés, fermés pour ne pas dire hostiles tant ils sont fatigués, à bout… Alors nous jouons puis nous partons pour revenir quelques temps plus tard trouver cette même expression sur de nouveaux visages, jouer et partir de nouveau tout en sachant que nous reviendrons pour jouer et s’en retourner une nouvelle fois avec ce même sentiment de manque, de trop peu, d’inabouti, de frustration de n’avoir pas su, pu fendre ou si peu, le temps de notre présence ce mur de désespoir collé sur ces visages.

Ce vendredi 19 juin 2015 il est 13h quand nous arrivons à l’orée du chemin, Dominique la bénévole (ils sont toujours là… les bénévoles… fatigués eux aussi, épuisés pour certains, d’assister impuissants aux désastres humains qui ne cessent de s’amplifier, s’accroître… là tout près de chez eux… touchés, atteints… mais ils ne lâchent rien… ils sont là… toujours là…), Dominique donc, qui nous accueille, nous prévient de tensions existantes entre afghans et syriens, ces derniers minoritaires relégués plus bas que boue dans ce camp déjà plus bas que terre. « Ils sont 50… » nous dit elle.

Alors nous jouons, alors nous dansons, alors nous sautons, alors nous rions, alors nous nous embrassons, alors nous fraternisons… nous tous ensemble, français, afghans, syriens, hommes, femmes, enfants à rire, tourner, danser, virevolter… Alors nous repartons heureux d’avoir su, pu fendre le temps de notre présence ce mur de désespoir collé sur ces visages. Cette fois ci en tous cas…

Merci à eux d’avoir cette force de vie, merci aux bénévoles de leurs permettre de conserver cette force, merci pour ce moment inoubliable un jour perdu de juin sur cette Terre que nous avons tant de mal à partager.

Une chose est sûre… nous reviendrons… »

Patrick, responsable artistique

Revue de Presse

Kaizen Magazine, Novembre/Décembre 2016 : « Clowns Sans Frontières : du rire pour sécher les larmes »
www.dailymail.co.uk, 6 mai 2015 : « Migrants journey doesn’t end at Europe’s borders »
www.leplus.nouvelosb.com, 29 septembre 2015 : « Clown, je joue devant les réfugiés à Calais. En 4 ans, j’ai vu la situation s’aggraver… »
www.lavoixdunord.fr, 1er janvier 2016 : « Migrants à Steenvoorde: quand la magie des clowns opère, un jour de réveillon »
www.croixdunord.com, 7 février 2016 : « Une nouvelle école inaugurée dans la jungle »