BIRMANIE – THAÏLANDE

Auprès des enfants Karen déplacés ou réfugiés

Birmanie 2005 © Jean-Philippe Forst

CONTEXTE

Les guerres civiles en Birmanie ont poussé depuis trois décennies plusieurs milliers de birmans à fuir en Thaïlande, essentiellement des communautés ethniques persécutées par la junte au pouvoir telle que les Karen et les Kareni. Ils sont aujourd’hui près de 150 000 personnes à vivre dans des camps de réfugiés ou de déplacés à la frontière entre les deux pays dans des conditions précaires.

Des générations entières d’enfants se retrouvent ainsi à grandir dans des camps de réfugiés sans pouvoir se projeter vers l’avenir, ne sachant pas s’ils rejoindront bientôt leur pays d’origine ni s’ils pourront s’intégrer durablement en Thaïlande avec leurs familles. En 2017 un mouvement de rapatriement volontaire des réfugiés vers la Birmanie est fortement encouragé par les autorités thaïlandaises qui souhaitent la fermeture des 9 camps situés à la frontière, ce qui se traduit par ailleurs par la baisse voire la suppression des financements aux ONG internationales œuvrant dans les camps. Mais la reprise des affrontements entre militaires et rebelles Karen en Birmanie depuis 2016 dissuade actuellement beaucoup de birmans à retourner dans leur pays d’origine, et ce malgré le départ progressif des d’ONG leur portant assistance en Thaïlande.

Ceux qui décident de sortir des camps pour trouver un avenir meilleur dans les villes thaïlandaises rencontrent d’autres obstacles : la Thaïlande n’ayant pas ratifié la Convention internationale de 1951 relative au statut des réfugiés, nombreux sont les birmans réfugiés victimes d’arrestations et expulsions arbitraires en tentant de travailler pour avoir un revenu.

Côté birman, des communautés Karen se sont regroupés au sein de camps de déplacés internes à proximité de la frontière avec la Thaïlande faute de pouvoir la traverser. Les ONG internationales et thaïlandaises sont nombreuses à se mobiliser pour porter assistance à ces populations réfugiées et déplacées mais comme en Thaïlande les financements se réduisent à mesure que la situation perdure, affaiblissant la marge d’action de ces associations.

Une première mission en 2015 a permis d’avoir une meilleure visibilité sur les conditions de mise en œuvre du projet et sur les artistes locaux prêts à s’impliquer mais aussi à relever des besoins d’intervention sur d’autres régions que le Karen State, notamment l’Irrawady (delta), sévèrement affecté par les inondations de juillet et août 2015 (la destruction des infrastructures de communication a aggravé l’isolement géographique des populations de cette province et beaucoup de familles sont en train d’être relocalisées), et le Rakhine State (ou Arakan), région difficile d’accès pour les étrangers (nécessité d’avoir des autorisations des autorités) où vivent les Rohyingas, communauté ethnique considérée par l’ONU comme l’une des plus persécutées au monde par les autorités locales.

Birmanie

OBJECTIF : - Encourager l’organisation de spectacles destinés aux enfants réfugiés ou déplacés de part et d’autre de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande .
- Soutenir les artistes birmans intervenant auprès des populations vulnérables dans la zone d’intervention.
- Sensibiliser et associer les associations et ONG intervenant dans la zone à la mise en place d’activités artistiques en faveur des enfants.

LIEUX : Provinces du Tak et Mae Hong Son (Thaïlande), Karen State (Birmanie)

PARTENAIRES : Première Urgence Internationale, Institut Français de BirmanieKaren Student Network Group, Karenni National Women Organisation, Thaï Burma Border Consortium, AIME, Help Without Borders, Enfants du Mékong, Burmese Migrant Workers’ Education Committee

ACTIONS MENÉES EN 2015 : 1 mission exploratoire destinée à évaluer les besoins et à identifier les partenaires locaux pour les missions de 2016

ACTIONS MENÉES EN 2016/2017 : 23 représentations impliquant 6 artistes français et auprès de 3 850 enfants vivant autour des camps de réfugiés birmans en Thaïlande

L’action de Clowns Sans Frontières en Thaïlande en janvier 2017

Dates : du 2 au 26 janvier 2017

Zones d’intervention : villages accueillant des réfugiés birmans dans les provinces du Tak et de Mae Sot (frontière birmane)

Historique : Clowns Sans Frontières est intervenu de 2008 à 2011 en faveur des communautés ethniques persécutées par la junte birmane et réfugiée dans des camps en Thaïlande, principalement les Karen et les Kareni. CSF a relancé ses activités dans la région en 2016 sous la forme d’un projet transfrontalier bénéficiant aux populations Karen vivant de part et d’autre de la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie (déplacés internes en Birmanie et population réfugiée en Thaïlande).

Objectif : apporter un soutien émotionnel par le spectacle aux enfants birmans vivant dans les camps de déplacés ou de réfugiés situés de part et d’autre de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande.

 

Nos missions en photos

Clowns Sans Frontières Thaïlande © Olivier Ouadah THAÏLANDE / BIRMANIE, octobre 2015
Clowns Sans Frontières Thaïlande © Thomas Louapre THAÏLANDE, janvier 2017
Accompagner, par les arts vivants, le relèvement psycho-social des enfants birmans déplacés ou réfugiés