Portait de bénévoles : Marie !

Marie, membre fondateur et membre du Conseil d'Administration de Clowns Sans Frontières France, répond à nos questions......

Marie-LeMoigne_rondMarie
Membre fondateur CSF

Allez, dis-nous tout… depuis quand es-tu bénévole chez Clowns Sans Frontières ? Comment l’as-tu connu ?

J’étais bénévole pour Clowns Sans Frontières avant même le commencement (rires)! Je vivais à l’époque avec Antonin, il est revenu de voyage avec ce beau projet, après avoir rencontré Tortell Poltrona, fondateur de Payasos Sin Fronteras en 1993.

Quelles ont été tes motivations à rejoindre Clowns Sans Frontières ?

Disons que participer à l’aventure Clowns Sans Frontières depuis sa création, mais aussi la rencontres entre plusieurs artistes ont été de réelles sources de motivation.

Que penses-tu pouvoir apporter à Clowns Sans Frontières ? A l’inverse, que t’apporte ton engagement ?

Mon engagement à bien évolué au fil du temps, après avoir participé à la création de « Clowns Sans Frontières », j’ai été salariée puis bénévole sur différentes actions. J’ai d’ailleurs participé à de beaux projets comme celui du livre, qui je l’espère verra le jour.

Quel est ton souvenir le plus marquant en tant que bénévole chez CSF ?

Les débuts ont été très marquants, très riches. La mission en Bosnie, celle en Croatie, c’était le tout début, nous étions peu nombreux, il y avait la guerre… J’ai en mémoire également de belles collaborations, de belles actions au fil des années, à l’image de l’anniversaire des 20 ans.

Selon toi, pourquoi la mission de Clowns Sans Frontière est-elle nécessaire ?

La mission Clowns Sans Frontières n’a jamais été aussi nécessaire. A la base, on l’a fait car personne d’autre ne le faisait, aucune action publique de ce côté-là. Aujourd’hui, avec le nombre croissant de réfugiés politiques, de réfugiés climatiques, j’espère que l’on sera toujours utile.

Rencontres, fous rires, situations improbables, etc. Tu as sûrement une petite anecdote à nous raconter… c’est le moment !

Il y en a des fous rires, des anecdotes… Surtout au début ! Tout était à construire, des quiproquos comme une année avec un capitaine en Croatie (rires). Nous n’avions ni internet, seulement les lettres postales et le fax ! De beaux souvenirs…

C’est l’heure du portrait chinois… laisse un peu aller ton imagination…

Si tu étais un accessoire de cirque, en quoi te transformerais-tu ?
En bulles de savon

Si tu étais un numéro de magie, lequel choisirais-tu ?
Un numéro de mentalisme

Si tu étais une citation d’une personne célèbre, laquelle te correspondrait le plus ?
« Rien ne sert de penser, faut réfléchir avant » (Pierre Dac)

Si tu étais un film, quel serais-ton titre ?
« Pendant et après 2 »

Si tu étais un pays /une région du monde, lequel te ressemblerait le plus ?
L’Espagne ou la Bretagne, à voir

Si tu étais un instrument de musique, lequel serais-tu ?
Le piano ou l’accordéon

On te laisse le mot de la fin… quelque chose à rajouter ?

Bravo et merci !