EGYPTE – avril, juillet et décembre 2010

Projet auprès des enfants des rues et des populations des quartiers informels du Caire...

EGYPTE – avril, juillet et décembre 2010

Projet

Objectif : Apporter un soutien psycho-social aux enfants des rues et aux populations des quartiers informels par des activités artistiques

Lieux : Le Caire (centres d’accueil, maraudes, rues et places des quartiers informels)

Partenaires terrain : Asmae, Face, Centre Culturel Français, Hope Village, Caritas, Samu Social International

Equipe d’avril : 3 artistes français / de juillet : 5 artistes français / de décembre : 6 artistes français

Activités réalisées en avril : 1 session d’ateliers avec les artistes égyptiens et 3 spectacles auprès de 1 000 personnes / en juillet : 1 session d’ateliers et 7 spectacles auprès de 2 500 personnes / en décembre :1 session d’ateliers et 21 spectacles auprès de 6 000 personnes

Galerie photos

AVRIL 2010

Egypte 2010 © Clowns Sans Frontières - France

Egypte 2010 © Clowns Sans Frontières – France

JUILLET 2010

© Olivier Ouadah

© Olivier Ouadah

DECEMBRE 2010

Egypte 2010 © Clowns Sans Frontières - France

Egypte 2010 © Clowns Sans Frontières – France

Contexte

Le projet au Caire à démarré en 2009. Trois missions ont été mises en place en janvier, juin et novembre pour travailler sur les différents objectifs du projet via des ateliers de création et stages de clown avec les artistes egyptiens, l’accompagnement de maraudes, des spectacles dans les centres d’acceuil et les quartiers informels.

Aujourd’hui, Le Caire compte de nombreux quartiers dits informels, assimilables à des bidonvilles. D’important problèmes sociaux découlent d’une telle concentration de personnes au même endroit, notamment le cas des enfants des rues.
En Egypte et au Caire en particulier, ce phénomène est relativement nouveau. Il s’amplifie depuis les années 90. Selon les statistiques, il y aurait 90 000 enfants des rues majoritairement au Caire.
Il est difficile de lier le phénomène des enfants des rues à un facteur ou une cause simple. Il est important de considérer que les enfants se retrouvent dans cette situation par une combinaison de plusieurs facteurs.
Quelques études dénombrent toutefois les principaux facteurs : abus d’enfant au sein de la famille ou au travail, négligence ou sentiment d’abandon, échec et abandon scolaire, violence à l’école par le corps enseignant, l’attrait de la rue (facteur mineur).
Depuis le début des années 2000, Au Caire et à Alexandrie, les associations se mobilisent de plus en plus en faveur des enfants des rues.

Trois missions sont eu lieu en 2010 pour mettre en place une résidence «longue» de création avec les artistes cairotes, la suite du travail de recherche autour des maraudes du Samu Social International et de FACE, des représentations et des ateliers avec les enfants, ainsi qu’un soutien à la structuration au niveau administratif.

Les objectifs étaient les suivants :
– Apporter un soutien psycho-social aux enfants des rues et aux populations des quartiers informels par des activités artistiques
– Travailler avec les artistes cairotes autour de créations collectives et interculturelles
– Enrichir les pratiques de maraudes
– Developper le volet artistique au sein des ONGs

Tags: